Causes des RPS

Quelles sont les causes des RPS ?

15 novembre 2019

Des facteurs de risques bien identifiés

Les causes de RPS sont nombreuses et variées. Le rapport Gollac (2011) les classe en six grandes familles :

  • L’intensité et le temps de travail : quantité de travail, complexité des tâches, responsabilités, etc.
  • Les exigences émotionnelles : contact avec le public, avec des personnes en souffrance, peur du travail, dissimulation, etc.
  • L’autonomie et les marges de manœuvre : monotonie des tâches, faible possibilité de développer des compétences, etc.
  • Les rapports sociaux et la reconnaissance au travail : qualité des relations avec les collègues et la hiérarchie, reconnaissance, conflits, etc.
  • Les conflits de valeurs : conflits éthiques, travail ressenti comme inutile, etc.
  • L’insécurité de la situation de travail : sécurité de l’emploi, du cadre de travail, vécu des changements, etc.

D’autres approches ont été développées :

> Dans le modèle de Karasek, le déséquilibre entre une forte demande psychologique dans le travail et les marges de manœuvre dont disposent les salariés est source de stress.

> Le modèle de Siegrist pointe les risques liés au déséquilibre entre les efforts fournis par les salariés et les récompenses obtenues.

> Dans l’approche de la « clinique de l’activité », l’impossibilité de faire un travail de qualité est un facteur important de dégradation de la santé. Cette école de pensée animée par Yves Clot souligne donc, à l’inverse, l’importance de faire un travail de qualité dans lequel il est possible de se reconnaître et d’apprendre. Les « collectifs » de travail et la possibilité de discuter de l’activité sont également essentiels.

Le modèle contraintes-ressources-régulation

Dans l’approche proposée par MSP CONSULTING, les RPS surviennent dans des situations caractérisées par un déséquilibre entre :

  • les contraintes et les exigences du travail (par exemple : objectifs, délais, cadences…) ;
  • les ressources et les moyens dont disposent les salariés (par exemple : davantage de délais, d’autonomie, d’entraide), ainsi que les régulations qui permettent d’y faire face (soutien collectif, appui du management…).

Les relations entre ces dimensions ne sont pas mécaniques : ce qui est qualifié de contrainte dans un contexte peut se révéler être une ressource dans d’autres situations. Ainsi, dans une activité à forte exigence émotionnelle comme le soin aux personnes, réalisée dans le cadre d’une bonne coopération d’équipe avec des moyens suffisants, la contrainte liée à la relation aux patients peut contribuer positivement à la santé du travailleur. A contrario, elle sera mal vécue lorsque les salariés travaillent de façon isolée ou en ressentant une perte de sens du fait du manque de moyens.

Notre approche propose d’identifier collectivement à la fois les contraintes, les ressources et les régulations dans 4 grands champs de la vie de l’entreprise :

  1. Le contexte général de l’entreprise et son évolution
  2. L’organisation du travail
  3. Les attentes et les compétences des salariés
  4. Les relations professionnelles
Pin It

Pour ne manquer aucune actualité en matière de Qualité de Vie au Travail, inscrivez-vous à notre newsletter.

A lire aussi...

Mentions Légales | C.G.V des Formations | C.G.V des Événements | Protection de la vie privée | Contact
Copyright © 2021 MSP CONSULTING. Tous droits réservés.